31/01/2019 | La demande d'or des banques centrales explose

Actualité des cours | Gold Service - Achat Or

Au quatrième trimestre, la demande totale d'or (investisseurs professionnels, particuliers et banques centrales) a atteint 1281,5 tonnes, en hausse de 16% par rapport à la même période en 2017, selon un rapport publié ce jeudi par le Conseil mondial de l'or (CMO).

Sur l'ensemble de l'année, la demande a monté de 4% à 4.345,1 tonnes, tirée par celle des banques centrales ( 74% à 651,5 tonnes).

Ce niveau est «le plus élevé depuis la dissolution des accords de Bretton Woods», qui rattachait le cours des monnaies aux réserves d'or des banques centrales, a souligné le CMO dans un communiqué.

Cette demande exceptionnelle s'explique par un souci de détachement du dollar des banques centrales en Russie, en Turquie ou au Kazakhstan, mais aussi par l'intérêt des banques de Hongrie, de Pologne ou d'Irak.

Appétit des marchés

Du côté des investisseurs, au quatrième trimestre, «les thématiques d'investissement ont changé», a commenté John Mulligan, un des responsables du CMO interrogé par l'AFP.

La demande des ETF, ces fonds indiciels adossés à l'or qui sont utilisés par les investisseurs professionnels, a grimpé de 246% au quatrième trimestre par rapport à l'année précédente, et représente l'équivalent de 112,4 tonnes.

Au début de l'année, les investisseurs avaient au contraire délaissé le métal jaune et sur l'ensemble de l'année, la demande de ce type de produits financiers reste négative (-67% à 68,9 tonnes).

«Les investisseurs réalisent que l'économie mondiale est fragile», ce qui les pousse à se rabattre sur l'or, valeur refuge, a commenté John Mulligan.

Inquiétude des particuliers

Hors marchés financiers, les investisseurs particuliers, qui achètent des pièces ou des lingots, ont divergé selon les pays.

«Un cas extrême de marché sous stress serait l'Iran», où la demande de ce type d'or a grimpé de 208% entre le quatrième trimestre 2017 et le quatrième trimestre 2018, pour s'établir à 16,2 tonnes.

Au Royaume-Uni, les incertitudes entourant le Brexit ont fait croître la demande de 36% à 3,2 tonnes au quatrième trimestre.

Des montants importants mais qui ne pèsent pas lourd en comparaison des 70,9 tonnes achetées en Chine ( 3%), alors que l'incertitude sur l'économie secouait le premier acheteur mondial.

A travers le monde, la demande d'or en barre et en pièces a grimpé de 8% à 280,9 tonnes au quatrième trimestre ( 4% à 1090,2 tonnes pour 2018).

Bijouterie en berne

«L'envers de cette incertitude, c'est que la bijouterie se porte mal», a reconnu John Mulligan.

La demande des bijoutiers a ainsi fléchi de 3% en Chine à 174,8 tonnes, tandis qu'en Inde, premier acheteur mondial d'or en bijoux, elle a reculé de 1% à 180,1 tonnes.

«Des difficultés économiques, des monnaies faibles et des changements de taxation ont affecté la Turquie et le Moyen-Orient», remarque également le CMO.

Dans cette région, la demande a reculé de 16% au quatrième trimestre à 41,6 tonnes, dont une baisse de 32% à 7,6 tonnes pour la Turquie.

La demande mondiale de bijouterie a reculé de 3% à 636,2 tonnes au quatrième trimestre, et reste stable à 2200 tonnes sur l'ensemble de l'année.

Source 20minutes.ch

Avertissement : Tous les articles publiés ici le sont dans un but d’information. Ils ne peuvent en aucun cas influencer votre décision de placement. Vous êtes seuls à pouvoir décider du meilleur placement possible pour votre argent, et quelque soit la décision que vous prenez, celle-ci comportera un risque. Les informations ou données incluses ici sont déjà peut-être dépassées par les événements, et doivent être vérifiées d’une autre source, au cas où vous décideriez d’agir.

Pour plus d'informations sur le négoce de métaux précieux, rapprochez-vous de l'une de nos agences situées à:

Angers - Annecy - Besançon - Blagnac - Brest - Champniers - Chauray - Clermont-Ferrand - Cluses - Fenouillet - Lanester - Mandelieu - Marseille - Nïmes - Quimper - Sallanches